Art textile – Simone Pheulpin

Classé dans : Artistes | 0

Simone Pheulpin
Art textile – Sculpteur

http://spheulpin.free.fr/index.html

Sa technique repose sur le pliage minutieux et répétitif de bandes de coton non blanchi, non décati, rêche.
Des épingles, dissimulées au cœur de chaque œuvre, permettent la tenue de l’ensemble.
Se déploie ainsi un univers qui apparaît tantôt minéral, tantôt végétal, reflet du monde naturel.
 –
“Pour Simone Pheulpin, sculpteur textile fondamentalement atypique, le pli est un langage, son langage.
Ses bandes de tissu écru inlassablement empilées, triturées, reliées font naître des sculptures organiques qui racontent le regard, intense, profond, émerveillé, que Simone Pheulpin porte sur la nature et transcrivent avec une infinie poésie sa vision du monde.
(…)
Simone Pheulpin n’a jamais fréquenté d’école d’art, n’a pas appris à tailler ni à modeler et pourtant elle fait preuve d’une maîtrise absolue du volume sculptural.
Son matériau est des plus simples, de simples bandes de tissu de coton brut, et pourtant le rendu, noble et précieux, évoque mille matières : pierre fossilisée, écorce, coraux, coquillages, ivoire…
L’origine de son art miraculeux surgit de souvenirs d’enfance.
Née à Nancy en 1941, la créatrice a beaucoup joué dans des manufactures textiles vosgiennes produisant les tissus utilisés pour la fabrication de pneus automobiles.
C’est ce même calicot blanc écru, non décati, qu’elle utilise aujourd’hui.
Elle se le procure au mètre et découpe ses bandelettes aux dimensions nécessaires à son dessein.
Mais pas de dessin pour construire l’œuvre !
« Je sais ce que je veux », proclame l’artiste, qui réfute le hasard et aboutit ses formes au bout d’un long et lent travail d’empilement, d’enroulage, de pliage, de serrage denses qui compose des structures complexes maintenues en leur cœur par des milliers d’épingles invisibles.
Mais ce tissu préencollé, brut, « parfois n’y va pas » et impose son propre chemin.
Et les incidents de parcours surgis de la lutte entre matière et créatrice, quand parfois finalement le tissu commande, ouvrent à des formes nouvelles, impensées.
Provoquent une faille où se rompent et s’opposent les plis.
Sans résister, prête à improviser, Simone Pheulpin organise alors l’accident dont elle tire effet de moutonnement, manière de frisure et au long du faire réinvestit l’idée d’origine.”
Communiqué de presse – juin 2015 – FONDATION ATELIERS D’ART DE FRANCE –
 –
Art textile – Simone Pheulpin – Reg’Art de femme – Arte 2013

Artiste

Présentation d’artistes et d’auteur(e)s dont j’aime le travail
Cela concerne la photographie, la sculpture, la peinture, la céramique, la broderie contemporaine, le textile, le land art,…, et tout ce qui est entre, autour et transversal